Orientation Direct- Blogue

Comment réagir au manque de reconnaissance en emploi? 7 stratégies pour vous aider

par Isabelle Dumas le 19 septembre 2017 Aucun commentaire

Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul à sentir le besoin d’être reconnu. C’est la réalité de beaucoup de monde. Comme si notre valeur personnelle et professionnelle passait par la validation des autres. En fait, ce besoin en ébranle plus d’un. Dans cet article, je vous propose 7 astuces pour vous libérer de votre besoin de reconnaissance.

Selon le psychologue américain Abraham Maslow, le besoin de reconnaissance fait partie des besoins fondamentaux de l’être humain. Après avoir répondu à nos besoins vitaux et physiologiques, le besoin de reconnaissance entre en scène.

Dès la naissance, ce besoin d’être reconnu cherche à être satisfait. L’individu en fera sa quête pendant des années, voire même toute sa vie. Étant donné que nous ne venons pas au monde avec un livre d’instructions, les parents font du mieux qu’ils peuvent pour y répondre mais il est utopique de croire que les parents peuvent combler tous les besoins de l’enfant. En fait, ils ont eux aussi leurs propres besoins à satisfaire.

À l’âge adulte, c’est à notre tour de prendre la responsabilité de notre bien-être et de notre bonheur. Toutefois, consciemment et/ou inconsciemment, plusieurs attendent cette reconnaissance de leur conjoint, patron, famille, collègues, amis, etc. Dans le cas où la personne n’en prend pas conscience, elle risque de vivre des déceptions, des frustrations, de la colère, de la tristesse, avoir le mal de vivre… La personne arrive donc avec ce besoin de reconnaissance sur le marché du travail. Elle poursuivra alors cette éternelle quête, cherchant ainsi à se faire valider, rassurer et se faire dire « tu fais du bon travail », « tu es bon(ne) »…

Un aspect important qui vient contrarier notre besoin de reconnaissance est la réalité particulière du marché du travail où la tension règne. La tension entre autres provoquée par la nécessité de faire plus avec moins de ressources. La compétition est féroce et cela créer de la pression sur les entreprises et du même coup, sur les employés. Les gestionnaires, des humains comme nous, auraient aussi besoin de cette reconnaissance. Difficile de donner aux autres ce que l’on aurait nous-même besoin n’est-ce pas?

Voici quelques trucs pour SE LIBÉRER DE SON BESOIN DE RECONNAISSANCE…

FAIRE DE SON MIEUX ET ENSUITE, SE FOUTRE LA PAIX : Personnellement, je crois que nous sommes parfaits tant et aussi longtemps que nous faisons de notre mieux de façon équilibrée et non pas du perfectionnisme extrême. Ceci implique de tenter de trouver la ligne entre « là j’en fais trop » (c’est jamais assez) et « là je n’en fais pas assez » (bâcler, faire un travail négligé) et ce, selon NOUS-MÊME d’abord.

« Suis-je satisfait de mon travail? »

« Suis-je fier de moi? »

FAITES VOTRE PROPRE IDÉE DE VOUS-MÊME : Poursuivez l’analyse de la situation et parlez-en avec des gens de confiance pour mieux vous comprendre vous-même et vous inspirer. Souvent, juste en discutant, notre pensée s’éclaircit.

« Pourquoi suis-je satisfait ou non de mon travail? »

« Qu’est-ce que je pourrais faire pour être satisfait de mon travail? »

« Si j’en fais plus, est-ce que ça va vraiment changer quelque chose? »

« Après quoi je cours exactement? » (le OK du patron, une validation que j’ai bien fait mes tâches, être      aimé, sécurisé, etc.)

DISCUTER AVEC VOTRE PATRON : Dans le cas où vous n’arrivez pas à calmer votre besoin de reconnaissance, il peut être très intéressant de discuter avec votre patron et de vous entendre sur ce qu’est un travail satisfaisant dans votre contexte.

« Ce que je fais, est-ce satisfaisant pour toi? »

Je sais que ce n’est pas toujours évident de discuter avec son patron. Cependant, si ses attentes envers vous ne sont pas claires, il deviendra difficile pour vous d’y répondre. D’un autre côté, la rétroaction peut être réellement stimulante et vous amener plus loin dans vos fonctions. Tout le monde devrait d’ailleurs avoir de la rétroaction constructive au travail. Ce serait productif et payant dans tous les sens du terme.

VOUS RECONNAÎTRE VOUS-MÊME : Quoiqu’il en soit, la clé est de vous reconnaître vous-même. Définissez vos forces et acceptez vos imperfections. Respectez vos limites ainsi que vos signaux physiques et psychologiques.

S’ENTRAÎNER : Pour arriver à mettre ces trucs en place, ça demande de l’entraînement, comme dans n’importe quoi. S’observer, se questionner, en discuter et être attentif à soi et à son vécu.

SE RESPONSABILISER : À partir du moment où nous sommes conscients que ça part de nous, d’un besoin d’être reconnu, nous pouvons reprendre notre pouvoir. On ne laisse donc par les autres définir notre valeur personnelle. Le fait de prendre du pouvoir sur nos réactions, attitudes et comportements nous amène vers la responsabilisation de soi-même. Si nous ajoutons de l’ouverture d’esprit et de la compassion face à nous-même, l’entraînement se fait presque tout seul. Essayez-le, vous verrez bien!

LA MÉDITATION DE PLEINE CONSCIENCE : La méditation de pleine conscience ou autre type de méditation est un outil par excellence dans le cadre de ce type de démarche. 5, 10, 15, 20 minutes où l’on s’accorde un arrêt pour calmer notre esprit et où nous y observons tout ce qui s’y passe. C’est à ce moment que nous pouvons constater à quel point nous sommes envahis par une quantité incroyable d’information plus ou moins pertinente et même nuisible. En étant conscient de cela et par la pratique, il vous sera possible de gérer davantage certaines pensées toxiques.

Vous trouverez facilement des méditations de pleine conscience guidées sur Youtube.

Le mot d’ordre : Soyez généreux et bienveillant envers vous. Nous sommes tous parfaits dans notre imperfection. C’est juste humain!

« Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur comme un destin » de Carl Gustav Jung.

Bonne réflexion!

Isabelle Dumas, Conseillère d’orientation

 

Je vous invite aussi à lire l’article…

« 3 stratégies simples pour dompter vos peurs »

« Pourquoi les impacts de nos choix et décisions peuvent être lourds de conséquences? »

« 6 étapes pour définir ce qui est le plus important dans votre vie pour être heureux et satisfait »

Isabelle DumasComment réagir au manque de reconnaissance en emploi? 7 stratégies pour vous aider